Et c’est la batisse d’ombre qui compte …

Ils bâtissent avec des pierres et ils ne voient pas que chacun de leurs gestes pour poser la pierre dans le mortier est accompagné d’une ombre de geste qui pose une ombre de pierre dans une ombre de mortier …. Et c’est la bâtisse d’ombre qui compte (Jean Giono).
La peinture de Martin Laquet n’est pas réaliste, même s’il travaille d’après la réalité, le réel étant avant tout intériorité. Comme il le dit peindre, c’est capter des intuitions, retenir des sensations, suggérer des nuances. Martin aime écouter le silence de la peinture, il en révèle quelques émotions. C’est du 19 Octobre au 7 Novembre de 15 à 19h. Vernissage le 19 à partir de 18h

Sans oublier, l’atelier d’écriture de la plume interlude animé par Stéphanie le 26 Octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *