Archive mensuelles: septembre 2018

Soieries minérales par Louis Bonifassi

Photographe depuis toujours, mon sujet de prédilection depuis sa découverte il y a une dizaine d’années est la Sierra Minera de Cartagena (Murcia, España).
Mon regard s’est d’abord porté sur des paysages et des sites extraordinaires par leurs couleurs, leurs architectures, leurs eaux teintées dans une palette allant du jaune doré au rouge sang liées aux métaux et résidus chimiques de plus de deux millénaires d’exploitation humaine.
Du paysage, et de manière naturelle, mon objectif s’est ensuite focalisé sur les bâtiments et friches industrielles, photographie archéologique en quelque sorte. Mais paysages, bâtiments ou machines me laissaient sur ma faim car ils n’accordaient que trop peu de place à la création.
Alors mon oeil s’est progressivement métamorphosé, devenant le vecteur permanent d’un dialogue intime entre prospection et introspection, scrutant en détail ces ensembles bien concrets afin d’en extraire, en symbiose avec mon esprit, la quintessence, l’image abstraite à la fois porteuse de symboles et ouverte sur le rêve !
Ainsi ruisseaux écarlates, bouts de bois, briques, flaques colorées, crevasses ou fissures me permettent, par mon cadrage et mon jeu avec la lumière de pratiquer une photographie aérienne, entre figuration et abstraction, sans échelle et sans titre afin de laisser le « lecteur » y trouver son propre cheminement onirique, forcément différent de celui qui fut le mien à l’instant où mon index appuya sur le déclencheur…

C’est du 28 Septembre au 10 Octobre les vendredi, samedi, dimanche … Vernissage le 28 à 18 heures.

Un atelier d’écriture est prévu le jeudi 4 Octobre. Inscrivez vous auprès de Stéphanie.

 

Jeux de matières

Florence Dunoguiez et Muriel Lecointe offrent un duo où les matières s’emmêlent, s’affolent, se séduisent et se repoussent. Deux univers distincts, expressifs, sensibles, où la couleur a son mot à dire. Les palettes s’inventent, se distinguent, se réchauffent. Des pigments ocre, terre calcinée et ombre naturelle pour l’une, des bleus, des gris bleus sereins, des roses volontaires et gracieux pour l’autre, le jeu des couleurs transcende la matière pour lui donner chair et sens. Ce ping-pong d’univers abstraits respectifs parle de poésie incarnée. C’est du 13 au 26 Septembre du mardi au samedi de 15h à 18h30 et dimanche de10h à 12h30, vernissage vendredi 14 à partir de 18h.